Bureau d'études en hydrogéologie Caille : cartographie de la vulnérabilité. Aquifère karstique. Méthodes d'étude des ressources karstique pour l'alimentation en eau potable.

Cartographie de la vulnérabilité

 

 

 

Les méthodes cartographiques multicritères permettent d’apprécier la vulnérabilité intrinsèque des aquifères karstiques en fonction de leurs caractéristiques de structures et de leur fonctionnement. Elles reposent sur la cartographie d'un certain nombre de critères caractéristiques du milieu souterrain (roche, sol, type d'infiltration, développement du karst, importance de la zone non saturée). L'utilisation d'un Système d'Information Géographique est nécessaire pour le croisement et la pondération des différentes couches.  Globalement, elles reposent toutes sur un modèle conceptuel hydrogéologique similaire :

 

• La méthode EPIK (Suisse) de N. Dörfliger, élaborée en 1996 se base sur les critères : Epikarst, couverture Protectrice, Infiltration et réseau Karstique ;

• Les méthodes RISKE et RISKE2 (Anglo-saxonne) se basent sur les critères : Réservoir aquifère, Infiltration, Sol, Karstification et Epikarst. RISKE2 prend en compte les phénomènes exo-karstiques tels que les dolines, avens et pertes ;

• La méthode RISK élaborée par la DIREN de Franche-Comté et le BRGM se base sur les critères : Réservoir aquifère, Infiltration, Sol et Karstification. Elle s’inspire des méthodes EPIK et RISKE ;

• La méthode PaPRIKa, élaborée par le BRGM, est une évolution de la méthode RISKE2 afin de distinguer les critères associés à la structure, des critères associés au fonctionnement hydrogéologique. Elle signifie « Protection des aquifères karstiques basée sur la Protection, le Réservoir, l’Infiltration et le degré de Karstification ».  La notion de vitesse de transfert au sein de l’aquifère permet d’obtenir une carte de vulnérabilité dédiée à la délimitation des périmètres de protection.

 

Ces méthodes ont été utilisées par le bureau dans le cadre des études des ressources karstiques majeures pour l'alimentation en eau potable dans le massif du Jura et l'Arrière Côte de Bourgogne, ainsi que des nombreuses études de bassin d'alimentation de captage (BAC ou AAC).

 

 

 

 

BAC sources de Rochotte et Régnier à Nuits Saint Georges (21) BAC source Noire dans le Cusancin, Agence de l'Eau RMC  (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



© 2015-2018 Bureau Christian CAILLE • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias - Création de site internet dans le Jura
Plan du siteMentions légales